GUERLEDAN , ANNECY 2018 ,TRAIL KERIOLET

image_pdfimage_print

ANNECY 2018 AVEC LA MAXI RACE :

Et voila c’est reparti le week-end prochain pour la maxi race à annecy 2018 .Que de souvenirs sur 2017 ou nous sommes partis la-bas à 18 et chacun avec son propre objectif .cette année y vont stéphane et christèle vétil qui elle se lance sur le 80 bornes , on lui souhaite une bonne course , mais avec stéphane à l’encourager , ça va la faire .DONC BONNE COURSE CHRISTELE .

ICI VIDEO 2017 

 

SUIVI LIVE DOSSARD CHRISTELE 10786 ,live trail


Nous avions aussi le trail de keriolet pret de concarneau  ou Anne -Hélène  Rault sur le 5 bornes finie 35 ème pour 48 coureurs en 35’21”


GUERLEDAN 2018 LES VINGT ANS

Pour ses 20 ans , ils nous ont présentés un très beau week-end trail , avec en plus une météo nickelle , que demander de mieux . nous étions bien un bon nombre à y etre , car en plus c’était une bonne prépa pour les grosses courses à venir .

petit retour en arrière sur laurent garniel , qui a fait partie de chez nous et qui mérite bien car il a gagné le premier guerlédan :

VIDEO YOUTUBE AVEC UN AUTRE GARS QUE L’ON CONNAIT !!

 

article ouest france :

Trail de Guerlédan, hier (22). A l’occasion de la vingtième année du trail de Guerlédan, fêtée comme il se doit ce week-end en terres bretonnes, nous avons retrouvé le premier vainqueur du trail de Guerlédan. Un personnage atypique qui vit la plupart du temps dans son fourgon, au plus près de la nature. Habité par la passion de la course à pied.

« J’aime ma liberté. Courir seul dans la nature, c’est mon plaisir. » Visage tout sourire et verbe pétillant, Laurent Garniel se dévoile et égrène quelques confidences sur sa vie. Le lieu s’y prête : en plein coeur d’une forêt, aux portes du parc naturel régional d’Armorique, avec vue sur la presqu’île de Logonna-Daoulas, près de Brest« Quand je cours dans les bois ou le long des grèves, je me sens bien. Comme je suis un peu fada sur les bords, j’aime me faire mal et aller au-delà de mes limites. C’est pourquoi je m’entraîne en solo, à mon rythme, depuis maintenant plusieurs années. »

Depuis précisément l’âge de 25 ans. Depuis le jour où il a décidé de quitter le domicile familial de Trébeurden. Lassé de voir son paternel se détruire la santé. « Il fumait, il buvait, il était parfois violent… » Alors Laurent Garniel s’est échappé au volant d’un petit fourgon devenu son logis. D’un tempérament vagabond, il s’est élevé à l’aventure en gambadant à travers cette Bretagne qu’il aime tant. « Une région tellement riche et variée. »

Infatigable coureur

Des monts d’Arrée à la vallée du Blavet, en passant la pointe du Raz et la côte de Granit rose, le natif de Fontenay-aux-Roses dans le 92 sillonne sa terre d’adoption en courant. Bientôt rejoint par Payak, un chien de traîneau russe de race Samoyède. « On a fait beaucoup de chemin ensemble. Il avait une belle endurance. » Et il en fallait pour suivre son maître dont le talent se révèle tout d’abord sur la route. « J’avais 16 ans quand j’ai disputé mon premier 100 bornes. Vu mon âge, je n’aurais jamais dû courir… J’avais fini en 9 heures. »

Dans sa capitale natale, Laurent Garniel écume toutes les grandes courses, de préférence les longues distances. À son arrivée en Bretagne, il ne lève pas le pied. Bien au contraire. Il enchaîne les épreuves sur route. Des semis et encore des semis. Des marathons jusqu’à cinq par an. Il court les 100 km en 7 h 15′, le semi en 1 h 12′, avale les 42,195 km en 2 h 32′ et remporte de belles classiques comme la Transléonarde en 2005. Mais c’est dans le trail qu’il trouve son bonheur, « sur un terrain plus souple, moins traumatisant pour les articulations ».

Comme sur l’asphalte, Laurent Garniel ne calcule pas le nombre de courses auxquelles il participe, ni celui des kilomètres parcourus. Pas plus que le dénivelé cumulé lorsqu’il prend de l’altitude dans les Pyrénées, en Espagne et dans l’Atlas marocain.

En Bretagne, l’infatigable coureur goûte aux plaisirs des premiers trails dont celui de Guerlédan qui fête son vingtième anniversaire ce week-end. « J’en suis le premier vainqueur et j’y retourne tous les ans. C’est une course reconnue au niveau national. J’espère bien figurer et gagner dans la catégorie master 2. »

LAURENT FINI 45 ème sur 1300 partants en 6h40′  .donc bravo laurent , et pour l’avoir vu à l’arrivée frais comme un gardon le gars !!

Passons aux résultats chez nous quand meme ,

LE 13 BORNES AVEC 569 COUREURS :

–  217 ème damien rocaboy en 1h42′

LE 26 BORNES AVEC 1062 COUREURS :UN PARCOURS OU IL FALLAIT BIEN BAISSER LES YEUX , ET AUSSI BIEN BOIRE POUR LES CRAMPES :

  • 87 ème jean-baptiste routier en 2h40’59”
  • 246 ème david bertrand en 3h05’51”
  • 356 ème jean-luc pécheux en 3h15’58”
  • 454 ème jérémy guern en 3h24’51”
  • 589 ème aurelie grouiec en 3h36’12”
  • 789 ème alexandre marquer en 3h55’39”
  • 917 ème coralie chevalier en 4h09’39”
  • 918 ème élodie labat en 4h09’40”
  • 1016 ème lucie coussin en 4h30’55”
  • 1036 ème émilie barré en 4h39’27”

LE 63 BORNES AVEC 955 CLASSES POUR 1300 AU DEPART :

Ils nous avaient annoncé un beau parcours , et bien je confirme .en réalité il y avait pas 2600 d+ , dans les 2200 mais bien 63 bornes .il fallait en garder sous les chaussures au risque de claquer de par les difficultés .dommage , il y avait 1 gros goulet qui a eu le mérite d’étaler la course .de nouvelles portions donc vraiment bien .beaucoup d’abandons , donc il fallait etre pret quand meme .

avec ce temps magifique le soleil était eu rendez-vous , les ravitos nickels , une bonne ambiance au départ qui a calmé rapidement tout le monde , vu les patates autour du lac que l’on connait .une belle préparation donc pour les ultras à venir .

Dommage aussi qu’ils n’ont pas voulu changer les dossards , c’est compliqué je sais .donc merci à francky pour le sien !!

LE PARCOURS ICI

NOUS étions 4 sur ce parcours ou stéphane gainche a malheureusement déchiré une chaussure donc contraint à l’abandon au 40 ème !!

– 319 ème jean-françois valo en 8h26′

– 918 ème david lucas  en 11h14′

– 933 ème erwan picolo en 11h21′

Related posts